Catégories
Evénements

Les festivités du 15 août comme d’habitude

Oufti valet, brave djins,  Tchantchès en trépigne de joie dans ses sabots tout neufs et si redjouwi di li bele fièsse avou de fris pèkèt pour refroidir le gosier en feu et une bonne bouquette avou dè souk pour calmer la faim, sans oublier les complumints à adresser à toutes les binamées Marèye.

Le programme est très copieux et éclectique, il  fera, sans aucun doute, le bonheur des petits comme des  grands.  L’agenda étant très chargé, entre brocantes, jeux pour enfants, cortèges… nous n’en détaillerons que quelques points.

Le samedi 13 août,  place aux enfants, la Saint-Macrawe leur proposera toutes sortes de jeux.

A 18h précises le 14 août,  sur la place Emile Delcour aura lieu les tirs des campes qui, rappelons-le, se présentent sous forme de pots en fonte remplis de poudre noire bien tassée… Durant environ une minute, retentiront des détonations plus que tonitruantes dignes d’un  film de guerre intergalactique avec effets spéciaux sonores poussés au maximum, le tout agrémenté de dégagements de fumée rappelant les trains à vapeur du temps jadis. C’est une tradition vieille de plusieurs siècles qui a, pour but, de chasser les mauvais esprits. Une fois ceux-ci dûment exclus, place à la partie musicale – avec notamment Julie Pietri, Sttellla…

Le 15 août au matin, moments de recueillement avec la procession de la Vierge Noire et la messe en wallon. Le prêtre toujours très inspiré se lance dans un sermon parsemé d’expressions wallonnes qui mettent tous les paroissiens en joie même ceux qui n’ont pas une très grande maîtrise de ce savoureux dialecte d’amon nos autes.

L’après-midi, les Géants d’Outremeuse font leur sortie annuelle que Tchantchès ne manquerait pour rien au monde, revêtu de son costume traditionnel : le pantalon à carreau noir et blanc, le sarrau bleu, le foulard rouge à pois blancs et la casquette noire crânement posée sur sa tête. Fièrement, il va parcourir les rues accompagné de sa femme Nanesse.

Au fil de la journée, d’autres cortèges organisés, par les groupes folkloriques, défileront pour le plus grand plaisir des spectateurs massés tout au long de leur passage. Et la journée se terminera en chansons.

Source: www.liege.be

Le 16 août à 17h, parce que toutes les bonnes choses ont une fin,  aura lieu l’enterrement de Matî l’Ohê, le reste des agapes des jours précédents, un évènement qui fait partie intégrante du folklore. Comme il se doit, pleureuses et pleureurs, en tenue noire de circonstance l’accompagnent en cortège à sa dernière demeure, avec de cris, gémissements. Ni fleurs ni couronnes, seules des branches de céleri sont acceptées. Une fanfare précède le cercueil, une foule nombreuse le suit … de multiples arrêts sont prévus aux « hôtels de la soif » pour quelque peu adoucir son chagrin… et, cela fonctionne à merveille, le moral des troupes remontant au zénith, au fur et à mesure, des haltes! Après un petit discours de circonstance, Monsieur le Curé  invite chaque personne présente à déposer sa branche de céleri au pied du cercueil juste avant l’incinération de Matî.

Chacun.e  s’en va, ragaillardi.e, en pensant déjà aux festivités du 15 août de l’année suivante.

Rédac

Source: Sud Info