Catégories
Art Spectacles

« La nouvelle saison de l’OPRL »

Gergely Madaras conviera Faust, Marguerite et Méphisto au concert d’ouverture de la prochaine saison de l’OPRL. Cap ensuite sur les États-Unis avec la création du nouveau Concerto pour trombone de Bryce Dessner. Pour Noël, l’Orchestre s’imprègnera de la ferveur irrésistible du gospel américain, avant de se plonger dans le monde de l’enfance et de l’exotisme avec Ma Mère l’Oye et d’inviter l’Orchestre National de Lyon pour un portrait au vitriol de Staline signé Chostakovitch.

Pour leur concert d’ouverture le 16 septembre prochain, l’OPRL et Gergely Madaras se plongeront dans la monumentale Faust-Symphonie de Liszt (1857) où s’affrontent les forces orchestrales du Bien et du Mal, à travers trois portraits alternés de Faust, Marguerite et Méphisto. Star internationale du violoncelle, Gautier Capuçon mettra ses sonorités envoûtantes au service de Walton, l’un des plus grands compositeurs anglais du XXe siècle, qui livre dans son Concerto une oeuvre à la fois méditative, profonde et attachante.

Compositeur inspiré par le minimalisme, le folk ou le postromantisme, l’Américain Bryce Dessner, également guitariste du groupe The National, proposera la création belge de son Concerto pour trombone à l’OPRL le 18 novembre 2022. Pionnier de la musique symphonique aux États-Unis, Charles Ives mêle dans sa Deuxième Symphonie (1902) des citations de la tradition romantique européenne (Beethoven, Brahms…) à des chants populaires américains.

Chant des captifs africains arrachés à leurs terres par les négriers, symbole de l’esclavage et hymne à la liberté, le gospel accompagne la vie quotidienne des Afro-Américains et illumine le rituel de leurs églises baptistes et pentecôtistes. Pour son concert de Noël programmé le 16 décembre, l’OPRL proposera un florilège de ces chants joyeux et envoûtants, transcrits pour orchestre et choeur, en compagnie du magnifique ZO ! Gospel Choir, venu tout droit d’Amsterdam.

Au départ de cinq pièces pour piano écrites pour les enfants d’un ami sculpteur, Ravel compose le ballet pour orchestre Ma Mère l’Oye (1912), une des plus belles pages de la musique française où

il associe ses thèmes de prédilection : le monde de l’enfance, de l’exotisme et des jardins féeriques. Pièce maîtresse du compositeur liégeois, la Symphonie concertante de Jongen (dont on fête les 150 ans en 2023) a été qualifiée par Eugène Ysaÿe d’oeuvre pour deux orchestres, tant la partie d’orgue y est spectaculaire et étoffée. Un nouveau concert à ne pas manquer en février 2023.

© OPRL

Amputé du bras droit sur le front russe en 1914-1918, le pianiste Paul Wittgenstein poursuit néanmoins sa carrière après la guerre, commandant des œuvres pour la main gauche à Prokofiev, Richard Strauss, Korngold, Britten, mais aussi Ravel qui lui écrit en 1932 un concerto d’un seul tenant, marqué par l’esprit du jazz. Créée en décembre 1953, quelques mois après la mort de Staline, la Dixième Symphonie de Chostakovitch permet au compositeur de régler définitivement ses comptes avec la tyrannie du dictateur soviétique. Deux chefs-d’œuvre qui permettront à l’OPRL d’accueillir les formidables musiciens de l’Orchestre National de Lyon le 20 avril 2023 à 20h.

Benoît Beenkens

Plus d’informations :

www.oprl.be