Catégories
Business création Portraits

« Il faut pouvoir constamment s’adapter »

Malgré la conjoncture difficile, Tina Calla n’a pas eu froid aux yeux en lançant Nagal. Nous vous emmenons à la découverte de cette créatrice liégeoise de trousses à bijoux.

Pendant longtemps, Tina Calla a travaillé comme déléguée médicale et Account Manager en milieu hospitalier. « J’adorais mon job, j’étais à ma place », m’assure-t-elle d’emblée. En 2010, Tina accouche de son deuxième garçon, Raphaël. « Un enfant différent », précise-t-elle avec pudeur. Face à l’évolution de sa situation familiale, cette passionnée de mode, de lecture, de gastronomie et de voyages doit faire des choix et renonce à son activité professionnelle. « Pour Raphaël, c’est un combat de tous les instants qui me fait découvrir plein de mondes différents. »

Un jour, dans la bijouterie Coloris à Liège, Tina observe que la marmotte dans laquelle sont présentés les bijoux pourrait être bien utile pour ranger les siens. Seul hic, ces marmottes ne sont pas à vendre. Cette Liégeoise se renseigne pour en acquérir mais n’en trouve pas. Désireuse de trouver une solution pour travailler de chez elle, elle décide alors de créer sa propre trousse à bijoux. Grâce à Fanny de chez TexLab, Tina, qui n’a pas les compétences techniques pour réaliser seule son projet, apprend à dessiner le prototype auquel elle aspire pour que son fabricant comprenne ce qu’elle désire. La première pierre de Nagal était posée.

Au départ imaginée en velours, la trousse à bijoux sera finalement confectionnée en « atlas » (une matière vegan, imitation cuir) par un fabriquant belge possédant un atelier en Tunisie depuis les années cinquante. « Il y a là un vrai savoir-faire de maroquinerie. Tout est fait à la main et les ouvriers sont payés à leur juste valeur. Cette rétribution éthique est particulièrement importante pour moi », m’assure Tina. Si la pandémie mondiale a considérablement complexifié le processus de création et de production, Nagal – le nom de la société de ma sympathique interlocutrice trouvé dans les accords Toltèques et qui reflète tout le cheminement personnel pour en arriver là – sortait ses premières trousses en novembre 2020. « Je suis la meilleure ambassadrice de mon produit », rigole Tina qui propose un modèle standard et un autre de voyage. « Je l’utilise tout le temps et cela me facilite la vie. »

Comme dans tout processus créatif et démarche entrepreneuriale, les doutes sont nombreux. « J’ai toujours été une super commerciale pour autrui mais je remarque que c’est plus difficile pour moi-même », nous avoue cette élégante femme de quarante-neuf ans. « La jeune génération ne se pose peut-être pas autant de questions mais je dois reconnaître que voir le regard interrogateur de mon interlocuteur peut me faire douter. Et puis, le positionnement est parfois difficile à établir car tout bouge tellement vite désormais. Il faut pouvoir s’adapter constamment. »

Heureusement, Tina peut s’appuyer sur un excellent produit, ses trousses étant à la fois superbes et pratiques et sa collection s’étant enrichie depuis des trousses à maquillages en cuir 100% recyclé et nylon ainsi que prochainement de pochettes pour gsm en cuir italien. « Je suis vraiment contente d’offrir de la nouveauté même si l’actualité mondiale fait exploser les prix », constate-t-elle. Et si l’aventure n’en est finalement qu’à ses débuts, cette maman de deux enfants soutenue par sa famille et ses amies ne s’empêche toutefois pas de voir à plus long terme. « Dans l’idéal, j’aimerais personnaliser la marque. Que les clients souhaitent acheter du Nagal », se projette-t-elle. « Et puis, sortir de mon réseau, de mes frontières, ce qui paradoxalement est parfois la difficulté de l’e-commerce. »

Avec Nagal, cette créatrice de trousses à bijoux a trouvé un terrain d’expression propice à sa créativité. « J’y retrouve le plaisir de bosser, celui de l’autonomie et de goûter à l’indépendance, une certaine discipline, la prise de risques et la satisfaction de créer quelque chose de A à Z », détaille Tina. « Par contre, la solitude est parfois pesante. Les doutes peuvent vite s’installer pour moi qui ai toujours travaillé en équipe. Dans le futur, j’espère trouver quelqu’un avec qui collaborer, quelqu’un qui porterait le projet avec moi et apporterait ses idées. »

Et si Tina croise les doigts pour que Nagal soit une vraie « success story », elle garde dans un coin de sa tête la volonté de manufacturer ses trousses dans un atelier protégé. « C’était ma volonté initiale mais les coûts de production étaient trop conséquents. Mais je ne baisse pas les bras. Raphaël pourrait y travailler ou venir m’épauler », conclut-elle de manière à boucler la boucle.

Thiebaut Colot

Plus d’informations sur www.nagal-eshop.com , https://www.facebook.com/nagalaccessories et https://www.instagram.com/nagal_accessories/

Les produits Nagal sont également en vente chez Accessoire Grège à Embourg et chez Youpla à Liège.