Catégories
Divers

«Nous sommes des passionnés avant tout»

Trois jeunes entrepreneurs liégeois ont lancé ITR, une plateforme permettant de mettre la main sur des sneakers aussi rares qu’appréciées. Coup d’éclairage sur une start-up liégeoise innovante incubée au VentureLab.

Thomas Goémé, Dorian Velden et Romain Bruls, trois étudiants liégeois, ont lancé ITR. « Nous sommes des passionnés avant tout », commence ce dernier. « D’une pierre, deux coups nous avons mêlé cette passion pour la sneaker à notre ambition et notre volonté d’entreprendre. C’est de là qu’ITR est née. Dans un premier temps, nous achetions pour notre collection personnelle puis, au fur et à mesure, nous avons bien vite compris qu’acheter et revendre ce genre de paires limitées pouvait se transformer en vrai business. »

Un concept rare par chez nous mais terriblement répandu outre-Atlantique. « En effet, ce business et par conséquent la culture de la sneaker est déjà bien ancrée aux Etats-Unis », confirme Romain. « Mais désormais, même ici en Europe, les sneakers prennent une place considérable dans nos outfits. » Et pour aider les amateurs à dégotter la paire de leurs rêves, les trois associés savent y faire. « Nous permettons à nos clients de se procurer les dernières chaussures sorties en édition limitée et cela en toute confiance. Si nous n’avons pas de stock le modèle souhaité, pas de souci ! Nous trouvons la paire, la recevons, l’authentifions et l’envoyons directement jusque chez le client. Plus besoin de passer un temps considérable à chercher la paire de ses rêves, notre plateforme 100% belge est là pour ça », explique Romain.

Des infrastructures idéales et une vraie expertise fournies par le VentureLab

Actifs sur Facebook et Instagram où @itrsneakerstore compte près de soixante-cinq mille followers, les trois comparses offrent une prestation qui mérite d’être davantage connue dans notre Principauté. « Nous nous démenons au quotidien pour proposer un service de qualité, surtout axé sur la confiance et la communication. Nous mettons un point d’honneur à fidéliser notre clientèle qui peut nous joindre facilement via les réseaux sociaux ou par mail à chaque instant » ajoute Romain. « Et nous aimerions nous faire davantage connaître dans notre belle région liégeoise afin de fidéliser au mieux notre clientèle car la majorité de nos ventes se font actuellement à l’étranger. »

Le projet de ces trois étudiants en troisième année ComEx à Sainte-Marie a tapé dans l’œil du VentureLab, « un écosystème de soutien à l’entrepreneuriat à destination de tous les étudiants et des jeunes diplômés des institutions de l’Enseignement supérieur du pôle académique Liège-Luxembourg »« Après une période de test, nous avons réussi notre jury d’entrée et nous sommes désormais incubé depuis plusieurs mois au VentureLab », explique Dorian Velden. Contre un petit loyer, les trois amis ont des bureaux sur le tout nouveau site de la Grand Poste à Liège où ils partagent des infrastructures exceptionnelles. « C’est idéal pour travailler, nous ne pouvions pas rêver mieux », ajoute Dorian. Les « incubés » bénéficient d’un suivi et d’un accompagnement. « Nous avons un coach principal et nous avons déjà eu plusieurs rendez-vous avec des chefs d’entreprises ou leurs collaborateurs grâce au VentureLab. Cela nous offre de précieux conseils et une expertise utile dans de nombreux domaines. »

Le business des trois Liégeois continue de se développer avec des ventes mensuelles qui oscillent entre soixante et cent paires de sneakers rares – des modèles limités sur le principe des « raffles ». « C’est un véritable marché et un business à part entière, un peu sur le principe du trading », nous précise Dorian. Le trio mise beaucoup sur le marketing digital. « C’est la pierre angulaire de notre projet et nous avons depuis peu engagé une société liégeoise, E-Conic, pour nous créer du contenu personnalisé sur les réseaux sociaux. »

Devant jongler avec leurs études, leurs vie personnelles et le sport, les « Three Amigos » s’investissent pourtant à fond dans ITR Sneakers. « C’est notre bébé et cela nécessite une certaine organisation », reconnait Dorian qui a déjà, toutefois, un œil tourné vers l’avenir. « Notre objectif est de développer notre entreprise et de la faire ensuite gérer par de tierces personnes afin de nous orienter vers de nouveaux business, peut-être dans l’immobilier, l’automobile ou le récent Metaverse que nous suivons avec attention. » Pour ces jeunes entrepreneurs, comme le dit la célèbre formule : « Sky is the limit ».

Thiebaut Colot