Catégories
Evénements Publi reportages

Une nouvelle direction pour le Penta Hotel

Décontractés, souriants, Kristof Lemmens et Menno De Richemont nous accueillent dans le lobby du Penta Hotel, à la fois réception, bar et restaurant ; l’espace est accueillant, chaleureux et cosy. A vrai dire, on s’y sent bien à peine la porte passée ! Pas de chichis, ces deux-là sont à l’image de leur hôtel, ils nous reçoivent avec classe, passion et convivialité. L’un (Kristof) vient de Flandre et l’autre (Menno) des Pays-Bas. Ils parlent parfaitement le Français et sont bien décidés à se faire adopter des Liégeois. Après les présentations d’usage, nous entrons dans le vif du sujet : notre Cité Ardente ! Comment la voient-ils ? « Trop méconnue des Flamands », nous répond Kristof, « mais j’aimerais faire tomber les barrières (essentiellement linguistiques) ». « Conviviale comme un village », pense Menno.

Tous les deux semblent sous le charme et acceptent volontiers notre invitation à visiter la ville et participer aux moments festifs, comme le Village Gaulois. Qu’on ne s’y trompe pas, le Penta Hotel n’est pas un hôtel comme les autres ! Un 4 étoiles, mais avant tout, un lieu de vie. C’est comme ça qu’ils le veulent. « C’est ainsi que se définissent tous les Penta Hotels », nous expliquent-ils, « ancrés dans les villes ou les quartiers, lieux de rencontre pour les habitants autant que pour nos clients. Etudiants, chefs d’entreprises, tous se côtoient dans nos restaurants, notamment pour le petit-déjeuner ou le lunch. A Liège, nous avons décidé de demander aux Liégeois ce qu’ils aimeraient voir au menu du lunch. Nous voulons être un acteur de la vie liégeoise et accueillir tout le monde. Dans les grandes villes, c’est normal de prendre un verre ou manger un bout dans un hôtel. A Liège ou à Louvain, ce n’est pas encore un réflexe. »

Quant au développement de notre ville, ils y croient dur comme fer ! « Si c’est à la ville de travailler à sa reconnaissance sur le plan international, nous voulons devenir un hub pour la ville et la région. » commente Kristof, « nous sommes pourvoyeurs d’emplois et aimons que notre personnel participe au fonctionnement de l’hôtel. Si un plongeur a une idée, nous l’écoutons !». « C’est ce que j’ai aimé chez Penta Hotels », raconte Menno, « Je me suis formé dans les grandes chaînes d’hôtels qui fonctionnent de façon plus classique ou traditionnelle. Pour mon premier entretien, il y a 5 ans, je suis arrivé en costume et cravate. J’ai été accueilli par Kristof qui était en chemise et jeans. La fois suivante, je n’ai pas mis de cravate et puis j’ai compris que je pouvais aussi enlever le veston », confie-t-il en riant. Kristof poursuit : « Même si nous sommes présents partout dans le monde, Penta reste une petite chaîne comparée aux gros groupes hôteliers. Il n’y a pas 100 échelons entre moi et le grand patron. Ca permet plus de communication et plus d’échanges d’idéesMais décontracté ne signifie pas baisse de qualité. »

Et parce qu’au Mag Liège on aime poser des questions indiscrètes, on a voulu savoir quels petits garçons ils étaient. « Extraverti et bon élève jusqu’à 16 ans, puis j’ai commencé à m’échapper par la fenêtre pour faire la fête », avoue Kristof, « mais ce que je préférais, c’était organiser les fêtes. J’ai commencé l’université en sciences politiques et sociales puis j’ai arrêté pour partir en Espagne. Je voulais ouvrir un bar sur la plage. Mais j’ai vite compris qu’il faudrait beaucoup d’argent pour ça et qu’il me faudrait sans doute toute une vie. Alors, je suis revenu. J’ai repris des études d’hôtellerie à Anvers et je me suis formé dans de grandes chaînes d’hôtels. Puis le groupe pour lequel je travaillais a été repris par Penta. J’en ai tout de suite aimé la philosophie. »  Menno a lui aussi présenté, très tôt, un vrai goût pour les challenges : « Je n’étais pas très studieux, mais j’aimais me lancer dans projets comme la construction de cabanes, j’étais très proactif. Mes sœurs géraient la logistique et moi, j’étais l’exécuteur. J’aime les challenges. Je me suis formé aux Pays-Bas puis j’ai fait mon stage à Bruxelles, je ne voulais pas travailler où on parle français (rires…). »

Cette année, Penta Hotels fête ses 50 ans et s’offre pour l’occasion une cure de jouvence. Après un été passé en mode « summer 71 », la chaîne se dote notamment de chambres long-séjour, de quoi renforcer encore l’atmosphère « home away from home » si chère au groupe.

Pour la petite histoire, à l’origine, Penta Hotels a été créée par 5 compagnies aériennes : Lufthansa, Swissair, Alitalia, BOAC and BEA. Après plusieurs changements de propriétaires pendant les années 90, la chaîne a pris sa forme actuelle en 2007 et compte 25 hôtels en Europe et en Asie.

Emblème du groupe, le lounge ne demande qu’à vous accueillir, pour un verre, un billard ou un repas, entre amis, entre collègues ou en famille. Nul doute que vous croiserez l’un des deux nouveaux responsables au détour de l’une de vos visites. N’hésitez pas à leur donner quelques tuyaux sur notre Cité Ardente. Ils pourraient bien devenir les plus liégeois des Liégeois 😊 .